histoire du domaine de Bel Air

QUAND LA CIGALE…

C’est à l’extrémité sud du massif du Jura, au pied du Grand Colombier, que le Domaine de Bel Air s’étend, installé dans un cirque conférant un ensoleillement idéal. C’est sous ce micro-climat plein de douceur, où se rejoignent de tout temps la cigale et le chamois, que les Gallo-Romains dès le II ème siècle, comprirent le potentiel de ce territoire et y implantèrent de la vigne.

Au XII ème siècle, les Moines Chartreux assurèrent la prospérité des vignobles de Culoz. Ils reproduisirent à l’identique, l’environnement dans lequel s’épanouissent les plus grands vins de Bourgogne, attestant de ce patrimoine, des caves voutées et des plans de parcelles d’époque.

…RENCONTRE LE CHAMOIS

C’est en 1845 que les ancêtres de la famille Ferier (propriétaires actuels) acquérirent et exploitèrent le vignoble de Bel Air. Dès 1930 des travaux de modernisation furent entrepris, dont la cave entièrement enterrée qui fut construite en 1936. 
 
Dans les années 80, c’est avec passion que Michèle Ferier et Antoine Riboud (fondateur du groupe Danone), firent prospérer le vin de Bel Air, grâce au savoir faire d’Arthur et Gaby Gardoni, les vignerons du Domaine.
 
Le vin trouva une place de choix sur les plus grandes tables, dont l’Elysée. En témoignent les nombreuses médailles, donnant à notre chardonnay la réputation d’un des meilleur de France, égalant les Manicles ou autres Bourgognes !

“Du rubis, il a le rouge léger, la brillance. Son arôme est curieux mais plein de finesse, fruité, fin, et léger, jamais n’abîme le tempérament.” – Gaby Gardoni